Sélectionner une page

Daniel, CEO de Catholic Leadership Institute 

Au quotidien, les prêtres sont appelés à manager des équipes de laïcs. Comment renforcer leur leadership ? A Philadelphie, nous rencontrons Daniel, le CEO de Catholic Leadership Institute. Au total, 17 employés à temps plein et 20 salariés à temps partiel travaillent pour l’organisation. Ils ont pour mission de coacher et conseiller les prêtres qui les sollicitent dans leur apostolat, mais aussi d’aider les diocèses à créer des outils et programmes pour les laïcs engagés. Depuis 25 ans, Catholic Leadership Institute a accompagné aux USA et au Canada 100 diocèses, 3500 prêtres, 150 évêques, et 20 000 laïcs !

Développer le leadership des responsables catholiques  

Catholic Leadership Institute est né d’un constat : les prêtres n’ont pas de cours de leadership et de management au séminaire. Or, ils sont appelés à diriger des équipes de laïcs de plus en plus importantes à cause de la crise de vocations que traverse l’Eglise, et à former eux mêmes d’autres leaders pour les appuyer dans leur mission.  

Si les paroisses ne sont pas des « business », elles sont tout de même des organisations. Par définition, nous rappelle Daniel, “l’objectif de toute organisation est de marcher vers un but commun.” Mission impossible sans la présence de meneurs !

Pour former les prêtres, les coachs et consultants s’appuient sur un modèle de leadership : le Christ. Le contenu des formations s’inspire à la fois des textes de l’Eglise et de la vie du Christ retranscrite dans les Evangiles. Le leadership du Christ s’exerce de différentes manières nous explique Daniel : “Jésus ne lead pas de la même manière en fonction des situations. Il se lead lui même quand, par exemple, il s’isole dans le désert pour prier. Il lead ses disciples de manière individuelle : c’est le cas de Saint Pierre et Saint Jean à qui il donne des missions particulières. Il lead également des groupes, quand par exemple il envoie ses disciples en mission.”

Un parcours pour les prêtres  

Construit tout particulièrement pour les prêtres, le parcours “Good Leaders, Good Shepherds” dure un an. Les participants se retrouvent sept fois pendant trois jours pour se former mais aussi échanger et s’enrichir de l’expérience des autres prêtres qui viennent d’horizons très variés.

De nombreux thèmes sont abordés. Une session permet d’identifier, en fonction des contextes, les postes salariés nécessaires pour sa paroisse. Une autre donne des clés pour recruter efficacement, étape essentielle nous précise Daniel : « Les personnes peuvent être des obstacles au bon fonctionnement de la paroisse et à l’évangélisation si elles ne sont pas à une place qui leur correspond. Il est important de bien choisir son équipe, dès le début ! ». Une autre encore a pour thème l’écoute proactive : comment écouter pour comprendre et non pour répondre ? Chaque prêtre est équipé d’un classeur épais contenant des cas pratiques et un résumé des formations.

Pour compléter cette approche, Catholic Leadership Institute met à disposition des paroisses une enquête à réaliser auprès des fidèles. Elle leur permet d’identifier plus clairement les points à améliorer et de se poser les bonnes questions, mais aussi de se comparer aux autres paroisses (au niveau national) pour se situer et s’inspirer de celles qui marchent le mieux sur telle ou telle thématique.

Apprendre à témoigner de sa foi

Une autre mission de Catholic Leadership Institute est de créer des parcours et formations à destination des catholiques, pour qu’ils apprennent à témoigner de leur foi autour d’eux.

“L’évangélisation,” nous explique Daniel, “ce n’est pas dire à l’autre ce en quoi il devrait croire ou ce qu’il devrait faire, c’est vivre de sa foi et parler de ce que l’on croit. Les catholiques ont besoin de deux choses : de la confiance pour se lancer, et des compétences ! C’est ce que nous souhaitons leur apporter… ”

La plupart des paroisses grandissent par le bouche à oreille des catholiques qui invitent leurs proches à participer aux activités proposées ou aux célébrations.

Daniel nous confie : “Nous pensons que la meilleure manière d’évangéliser, dans notre contexte américain, n’est pas d’aller dans la rue mais de commencer avec les paroissiens. Beaucoup viennent à la messe mais ne savent pas pourquoi ils sont là. S’ils ne le savent pas, comment vont-ils parler de la foi à leurs enfants ? Il y a un réel besoin d’aller en profondeur.”